Synopsis de l’éditeur :

Ils vivaient dans un arbre gigantesque, un arbre-univers, étendant ses racines dans la terre dangereuse de la planète Ventremonde. Mais la plante colossale tombe malade, alors ses feuilles commencèrent à délivrer des messages, des appels au secours dans une langue inconnue… Y aurait-il quelqu’un pour déchiffrer ces S.O.S. avant qu’il ne soit trop tard ?

Mon avis :

1ère remarque : je n’ai pas compris pourquoi l’éditeur classait ce livre en Science Fiction alors qu’il n’y a aucun attrait par rapport au futur. On se sent plutôt à l’âge médiéval avec des sortes de Druides avec leur carquois et leurs onguents qui arpentent la forêt, mais passons…

L’auteur nous présente un arbre gigantesque qui se meurt d’une raison inconnue. Il faut en trouver le cause rapidement afin de le sauver pour éviter la déperdition de l’univers de Ventremondre.

Globalement, l’auteur développe des concepts intéressants. Les sourciers par exemple qui savent analyser les plantes et notamment leur fluide vital, la sève. On y rencontre différentes espèces animales et végétales fascinantes et le périple de l’ascension au sein de l’arbre malade est plein de dangers et d’actions.

Malheureusement, il y a aussi le côté superflu. L’auteur nous fait suivre Pierig, un sourcier captif que les autres utilisent pour comprendre les malheurs qui touchent Ventremonde. Problème : à aucun moment je n’ai ressenti la captivité et oppression de Pierig, j’ai même eu le sentiment que ses ennemis étaient ses amis…

Conclusion :

Un roman avec une traversée sympathique mais des dialogues qui manquent de profondeurs et trop d’éléments superflus qui ne servent pas l’avancée de l’intrigue.  

Ma note :